dusoleildanslavoix-v2

horizon-V3

 

 

dusoleildanslavoix-v2

 

 

 

 

 > Accueil

L'écoute

Ce document a été réalisé par Aline Perrodin, psychologue; DU de gérontologie sociale à la suite d’un parcours en psychologie cognitive, et d’une formation en thérapie brève.

 

 

L’écoute – généralités


L’écoute active : offrir un espace neutre où l’Autre va pouvoir déposer ses mots, ses émotions, ses sentiments en toute confiance. Point de départ de toute relation d’aide.

Empathie : se comporter d’une manière à ressentir les sentiments de l’autre, sans se mettre vraiment à sa place. Utilisation de la reformulation, centrée sur la manière dont l’Autre vit les choses sur le plan affectif, sur sa souffrance.

Carl Rogers : il est à l’origine de la notion d’empathie et de la notion d’écoute active. Psychologue humaniste américain (1902-1987), il a surtout œuvré dans le champ de la psychologie clinique. Son « approche centrée sur la personne » met l’accent sur la qualité de la relation entre le thérapeute et le patient (écoute empathique, authenticité et non-jugement).


L’accompagnement

L’accompagnement est basé sur l’écoute de la souffrance, de la détresse, des problèmes sociaux, etc. L'écoute active permet souvent d'établir un lien de confiance rapide. Elle offre un espace neutre, où les mots, les émotions, sentiments, peuvent être déposés sans influence des interprétations ou d'interruptions pour raconter nos propres histoires. Etre écouté avec attention suffit en soi à trouver sa propre voie.

Comment être en écoute active ?

Exclure ses propres idées préconçues et toute tentative d’interprétation
Adopter une attitude physique de disponibilité (même au téléphone !)
Donner de nombreux signes verbaux d’intérêt
Laisser la personne s’exprimer sans l’interrompre
Questionner la personne grâce à des questions ouvertes
De même, l’inciter à préciser le cours de sa pensée lorsqu’elle est imprécise ou trop générale
Reformuler ses propos avec ses propres termes puis avec les nôtres
Pratiquer des silences et ne pas les craindre
Témoigner de l’empathie
Rester neutre et bienveillant


Quelques exemples de phrases empathiques :

« vous avez le sentiment d’être impuissant face à …. »
« vous ressentez un malaise…. De la rancune…. »
« en effet, vous vous sentez triste…. Déçu… »

Sans interpréter, vous reformulez le sentiment exprimé par la personne : ainsi se sent-elle écoutée, comprise. Vous conservez ainsi la distance nécessaire dans la relation d’aide pour vous protéger.